par Fév 10, 2024

Blockchain | Régulation | Validateur

Entreprendre dans les cryptomonnaies en France : Avec Thibaut Boutrou de Meria

Depuis plus de 6 mois, nous nous immergeons dans le secteur crypto français et ses professionnels. Dans cet environnement en constante évolution, certains entrepreneurs sont solidement installés et présents depuis longtemps. Leur parcours et développement servent d’exemple pour entreprendre dans les cryptomonnaies et plus largement dans le Web3. C’est le cas de Thibaut Boutrou, COO de Meria (anciennement Just Mining), qui illustre la trajectoire d’une entreprise française au cœur de cette transition technologique.

De Just Mining à Meria : le monde de l’entreprise à l’heure crypto

Fondée en 2017 par Owen Simonin, alias Hasheur, l’entreprise initialement connue sous le nom de Just Mining a su s’adapter et évoluer dans l’écosystème blockchain. Au départ, elle proposait des solutions de minage de cryptomonnaies.

Au fil du temps, elle est devenue Meria, une plateforme d’investissement crypto enregistrée PSAN avec une application et une communauté gigantesque. La société s’est diversifiée pour embrasser une gamme plus large de services blockchain, y compris la staking et les investissements dans les projets blockchain.

Thibaut Boutrou, le COO de Meria, a joué un rôle essentiel dans cette transition, contribuant à la croissance de l’entreprise de 3 à plus de 40 employés.

Cette transition illustre la capacité de Meria à s’adapter aux tendances fluctuantes du marché et à répondre aux besoins changeants de sa clientèle. Leur histoire est marquée par une évolution stratégique qui reflète la maturité et l’agilité dans un secteur notoirement jeune et volatile.

Au fil du temps, elle est devenue Meria, une plateforme d’investissement crypto enregistrée PSAN avec une application et une communauté gigantesque. La société s’est diversifiée pour embrasser une gamme plus large de services blockchain, y compris la staking et les investissements dans les projets blockchain.

Il partage les débuts modestes de l’entreprise sous les signes de l’adaptabilité, la polyvalence et de la ténacité :

« C’est assez marrant parce que tu as à la fois besoin de compétences qui viennent entre guillemets de l’ancien de l’Ancien Monde, ou du monde plus traditionnel, parce qu’on a un écosystème qui se structure, et tu restes une entreprise donc, tu as des besoins qui vont être similaires. En même temps si tu veux aller loin, il te faut quand même des mecs qui ont un cerveau qui soit suffisamment modelé pour pouvoir avoir le côté affictionado crypto qui te permet de comprendre et d’être suffisamment ouvert d’esprit pour aller un petit peu plus loin que ce que les textes d’aujourd’hui t’offrent. »

La régulation : le caillou dans la chaussure de Meria ?

Affronter les défis réglementaires et les répercussions d’événements majeurs du secteur, tels que l’affaire UST et la chute de FTX, a testé la résilience de Meria. Au fil des années, Meria est ainsi devenu un médiateur et, dans certains cas, un porte-parole pour tout un secteur en développement.

En interaction avec les organes de réglementation française, Meria n’a pas reculé devant la nécessité d’interpeller Bruno Lemaire, le Ministre de l’Économie française, lorsque la loi dite influenceur proposée par le gouvernement présentait un danger pour notre écosystème.

« Alors au tout début, si je reviens vraiment en 2017, c’était même pas des questions qu’on se posait la régulation. Parce que il y avait pas du tout de cadre en fait, on était même avant la loi Pact, donc c’était encore beaucoup trop petit et nébuleux. Il ne soupçonnait même pas l’existence de ce monde là, donc il n y avait même pas de sujet. Maintenant, il y a vraiment un rôle aussi d’éduquer les gens sur le marché en général.»

Régulation crypto en France : Meria, le porte-parole de tout un secteur

L’interview de Thibaut Boutrou offre une perspective unique sur l’industrie de la blockchain et le parcours d’une entreprise française au sein de cet écosystème global. Meria se distingue par sa capacité à évoluer, à innover, et à surmonter les défis dans un marché qui peut être soumis à la volatilité et aux exigences de la régulation, non sans être naïf sur la capacité de réponse de la régulation sur les problématiques inhérentes à notre bel écosystème.

« Ils ont parlé avec toi, mais après, au final, la décision prise n’était pas forcément liée à la discussion (…) La régulation est maintenant à la fois plus simple et plus complexe, dans le sens où il y a quand même beaucoup plus de compréhension du sujet de leur côté, mais en même temps le sujet est beaucoup plus vaste, beaucoup plus large, et beaucoup plus gros donc les enjeux sont plus importants. »

Cet article vise non seulement à offrir un résumé de l’interview, mais aussi à mettre en évidence l’importance essentielle de sociétés telles que Meria pour le secteur blockchain. Tournant son regard vers l’avenir, Meria incarne en France les qualités fondamentales nécessaires à la réussite dans ce domaine : une vision stratégique, une culture d’entreprise forte, et une volonté d’explorer de nouveaux horizons.

Enfin, à Thibaut, le mot de la fin, et celui du début :

« On est quand même sur une terre d’innovation donc il faut être capable d’aller chercher au-delà de la réflexion qui t’es proposée au départ. (…) C’est frustrant et, à la fois c’est quand même un bon signal. Plus la régulation se développe, plus elle se structure, plus ça montre aussi que l’écosystème est en train de grossir. Si on n’avait pas eu tout de sujet réglementaire ça veut dire qu’on serait resté au point de départ »